Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

vendredi, 09 novembre 2018 16:04

TAKE IT EASY: comment travailler moins nous aide à travailler mieux

Besoin de vacances? Voici comment convaincre votre employeur.                                                

Concilier épanouissement personnel et performance au travail relève parfois du défi. On a souvent l'impression que si c'est bon pour nous c'est mauvais pour notre travail et notre employeur. Et on a aussi souvent l'impression que ce qui compte le plus c'est le travail et le point de vue de l'employeur, satisfait par notre rendement. On hésite à prendre des vacances de peur de voir diminuer sa propre participation à la création de richesses de l'entreprise, donc de peur d'être un "mauvais travailleur". Alors soit, voyons voir si le fait de passer du temps à faire autre chose que travailler fait de nous un pire ou un meilleur travailleur.

Pour être plus performant au travail, la première idée qui nous vient c'est de passer plus de temps à travailler. D'accord? Eh bien, pas exactement. De nouvelles recherches suggèrent que des activités apparemment sans rapport avec votre travail - comme visiter un musée ou escalader une montagne - peuvent améliorer votre performance professionnelle. Le cross training (entrainement croisé), un entrainement sportif qui combine des exercices de plusieurs disciplines, n'est pas seulement réservé aux athlètes.


Avoir plus de ressources pour trouver une solution à un problème

Dans une étude récente parue dans l'American Academy of Ophtmalmology, 36 étudiants en  première année de médecine à l’Université de Pennsylvanie ont été répartis au hasard en deux groupes. Le but de cette étude était de tester leurs compétences d'observation, en vue de poursuivre des études en ophtalmologie. Un groupe a reçu une "formation artistique" - six cours personnalisés de 90 minutes pour apprendre l'observation, au Philadelphia Museum of Art. Les leçons englobaient un mélange d'exercices, allant de l'identification des couleurs et des formes dans les peintures au commentaire argumenté à propos d'une œuvre d'art donnée. Pendant ce temps, le deuxième groupe de l'étude s'est vu attribuer une adhésion gratuite au musée, mais aucune formation spécifique.

Par la suite, les deux groupes ont été testés sur leur capacité à décrire diverses œuvres d'art, et aussi à décrire des scanners rétiniens et des photos de personnes souffrant de diverses maladies oculaires. Le groupe qui a reçu la formation artistique a démontré une amélioration significative de ses compétences d’observation et de description - il a eu plus de succès que l’autre groupe pour décrire chaque type d’image, y compris les images médicales. En d'autres termes, regarder une oeuvre d'art avec attention n'est pas une compétence purement "artistique"; ça peut également vous aider à analyser les scanners rétiniens.

On se dit d'abord que ce résultat ne concerne que l'ophtalmologie mais il a des implications beaucoup plus larges, que David Epstein, auteur et spécialiste des questions de sciences dans le sport, et Malcolm Gladwell, journaliste d'investigation atypique qui a publié des ouvrages de vulgarisation devenus des best sellers, ont abordées dans un autre article du même numéro de l'American Academy of Ophtalmology. Ils soutiennent que cette étude concerne moins l'ophtalmologie que le pouvoir des loisirs - ou, comme ils le disent, l'effet Temin.

L'effet Temin

Ils ont nommé cet effet d'après le biologiste et lauréat du prix Nobel Howard Temin. Ses recherches sur la transmission de l'information génétique ont bouleversé tout le domaine de la biologie, un impact dont les start-up technologiques «disruptives» ne peuvent que rêver. Temin n'était pas seulement un biologiste, il aimait aussi lire de la philosophie et de la littérature. Epstein et Gladwell soutiennent que cette activité de lecture dans d'autres domaines que celui de la biologie, son métier, était loin d'être une distraction dans son travail. Au contraire, il y a appris des choses qui lui ont permis de produire une réflexion et des idées "outside the box", c'est-à-dire des idées que le strict champ de sa discipline ne lui permettait pas d'imaginer.

Il n’y a pas que Temin que ça a aidé à faire des découvertes révolutionnaires. Epstein et Gladwell notent que les scientifiques lauréats du prix Nobel ont plus de loisirs que Monsieur et Madame Tout-le-monde. Le scientifique typique a cependant à peu près le même nombre de loisirs que la personne type.

 

Les loisirs aident les gens à établir des ponts entre les disciplines et à approfondir leur compréhension des choses. Par exemple, pour enseigner l'observation, les facultés de médecine encouragent souvent les élèves à rechercher des symptomes que l'étudiant a mémorisé. Mais dans les formations artistiques, l'observation est enseignée de manière plus ouverte, mieux adaptée aux cas complexes et qui ne correspondent pas à un modèle établi.

Cette connexion des connaissances entre travail et loisirs ne s'applique pas uniquement à la profession médicale. Tout le monde peut trouver des liens surprenants et pertinents entre ses loisirs et son travail. En fin de compte, Epstein et Gladwell questionnent le concept de spécialisation. Peut-être est-il logique d'avoir des rôles bien définis dans certains lieux de travail, mais en tant que personne, cela vaut la peine de chercher l'inspiration dans d'autres domaines. Et cela ne veut pas dire de s'essayer seulement aux disciplines académiques - cela peut aussi signifier jouer au basket ou apprendre à faire de la couture.

En fait, une étude récente de la plate-forme RH américaine Namely a notamment révélé que les employés les plus performants sont ceux qui prennent le plus de temps de vacances. Ceux qui ont obtenu les meilleures notes lors des évaluations de performance ont pris cinq jours de vacances supplémentaires par an en moyenne par rapport aux candidats les moins performants. Cela soutient l'idée que si vous voulez être bon dans votre travail, vous devez passer du temps à faire d'autres choses que travailler. Alors, allez-y, posez votre demande de congés et achetez ces billets d'avion ou planifiez cette virée en road trip. Vous serez un meilleur travailleur quand vous reviendrez.

Retrouvez l'article de Mae Rice en intégralité sur Curiosity.

Vous pourriez aimer

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

A force de dire qu'ils sont intelligents, on a fini par croire qu'ils étaient humains.       

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Une petite entreprise du bout de la France s'est donné un objectif : rassembler tous ceux qui ont de bonnes idées.                                                                                

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Ou comment coincer des espions japonais tout en faisant des mots croisés.                                                                                               

Le bonheur est dans la relativité

Le secret d'une vie plus longue et plus heureuse est cachée dans la physique.                                                                                           

En savoir plus...

Une certaine idée du progrès

Les prédictions de Nikola Tesla pour notre monde connecté.                                                                                                            

En savoir plus...

TOP