Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

vendredi, 15 juin 2018 12:59

Ursula K. Le Guin, portrait d'un monument de la science fiction

Ursula K. Le Guin, portrait d'un monument de la science fiction credits Jack Liu

Auteure majeure de SF et de fantasy, elle est l'égale de R.R. Martin et de Tolkien.              

 

Traduite dans 40 langues, récompensée de prix prestigieux, Ursula K. Le Guin a écrit plus de 150 livres au cours de sa vie. Elle était amie avec Philip K. Dick, et ses histoires ont inspiré Stephen King et J.K. Rowling, entre autres.
Christopher Benjamin Menadue, jeune auteur, doctorant en littérature et passionné de science fiction, nous parle de l'impact majeur de Ursula K. Le Guin dans la littérature SF et fantasy, une oeuvre titanesque, grandiose et novatrice.

L'auteure Ursula Kroeber Le Guin a fait l'objet de débats critiques, d'analyses et de discussions depuis des générations. Elle est morte cette année à l'âge de 88 ans.

Ursula K. Le Guin publie son premier travail rémunéré intitulé Avril à Paris dans le numéro de septembre 1962 du magazine Fantastic Stories of the Imagination - et je suis le fier propriétaire d'une copie originale. Je suis un fan de Le Guin depuis toujours, mais je suis aussi un universitaire qui explore la science-fiction comme une loupe sur les changements de comportements et les problèmes spécifiques de son temps. Pour moi, elle a tapé en plein dans le mille et a su mieux que quiconque saisir les enjeux de son époque, dans une bibliographie prolifique.
Ursula K. Le Guin a exploré ce que c'est que d'être humain, de commettre des erreurs et tout ça, son impact et son influence sur le monde de la littérature fantastique et de la science-fiction sont indéniables.

Un écrivain fantastique pour tous les âges

J'ai découvert Ursula K. Le Guin quand j'étais enfant tout au long du cycle Terremer , en terme de littérature fantastique elle a mis la barre haute, d'autres auteurs pourtant tout à fait respectables m'ont beaucoup moins intéressé.

Le sorcier de Terremer, publié en 1968, était le premier de trois livres explorant la vie de Ged, un jeune sorcier. Alerte spoiler: Ged est en train de grandir et de devenir adulte, l'histoire commence au moment où il fréquente une école de sorcellerie secrète, il est alors blessé au visage par une puissance maléfique (dont il découvre qu'elle est inextricablement liée à lui) qu'il vaincra plus tard.

Si cela vous semble familier, vous n'êtes pas le premier à le remarquer. En ce qui concerne l'histoire de Ged dans Le sorcier de Terremer, Le Guin n'a pas dit que JK Rowling l'avait "entubée" dans sa série Harry Potter, mais elle a estimé que Rowling aurait dû être " plus élégante avec ses prédécesseurs ".

Terremer est une saga qui nous emmène avec Ged dans son initiation aux responsabilités complexes qu'impliquent le fait de devenir un adulte, de considérer les valeurs de la vie et la nature de la mort. C'est lourd, mais c'est une lecture qui a du sens et qui est humainement réaliste pour un adolescent.

Du professionnalisme et du style

Ursula K. Le Guin protégeait et soutenait farouchement d'autres auteurs. En 1973, elle a fait une critique humoristique des problèmes rencontrés par les écrivains qui essaient de rendre leurs mondes fantastiques et étranges dans Le Langage de la nuit - Essais sur la science-fiction et la fantasy, en encourageant et en soulignant l'importance d'un style approprié.

 

credits Marian Wood Kolisch

 

Le style est quelque chose que Ursula K. Le Guin semblait maîtriser sans effort et de manière cohérente. Je considère sa courte histoire Le collier de Semlé- publié pour la première fois en 1964 et plus tard inclus dans Aux douze vents du monde- comme la meilleure de son genre dans l'écriture fantastique, là où sa prose cristalline fait écho au destin tragique de Semlé.

Ursula K. Le Guin a toujours continué à encourager les écrivains et à partager son art. J'ai une copie originale et bien écornée d'un livrre qui s'appelle joliment Steering the Craft: a 21st Century Guide to Sailing the Sea of Story, publié en 1998: il n'a pas fait de moi un meilleur écrivain, mais il m'a amené à respecter et apprécier le travail d'écriture.

David Mitchell, auteur britannique de Cloud Atlas, a même comparé la saga Terremer de Le Guin à celle du Seigneur des anneaux de Tolkien et au Game of Thrones de R.R.Martin.

Il fait partie d'un groupe d'admirateurs célèbres dont l'auteur Neil Gaiman , le réalisateur Stephen Fry et le musicien Billy Bragg, qui ont tweeté leur peine à l'annonce de la disparition de l'auteure. "Je viens d'apprendre le décès d'Ursula K. Le Guin. Ses mots seront toujours avec nous. Certains sont même gravés dans mon âme. C'était une personne exceptionnelle,drôle et malicieuse et elle va me manquer, c'était aussi l'auteur le plus profond et le plus intelligent que je connais." Neil Gaiman 

Sur la nature humaine, la science, l'éthique et le devoir

Pour moi, Ursula K. Le Guin a eu une telle influence dans la littérature de science-fiction et fantastique que je ne peux pas imaginer comment elle aurait pu se développer sans elle.
La Main Gauche de la Nuit , publiée en 1969, a inspiré et éclairé une génération d'écriture de genre dans la fantasy et la science-fiction. Pourtant, dans son introduction de 1976 à ce roman, Ursula K. Le Guin soutenait que l'androgynie n'était pas le thème du livre -ça avait davantage à voir avec les sentiments humains face à la fidélité et à la trahison. Son travail de recherche sur ce qui allait devenir des figures de style de science-fiction et de fantasy était au service de l'histoire, et non l'inverse, et c'est une caractéristique fondamentale de son oeuvre.

 

credits Euan Monaghan_Structo

 

Plus que beaucoup d'autres auteurs, elle a employé le langage, la culture et les concepts au service de l'écriture d'histoires significatives sur la condition d'être humain.

Là où l'écrivain Philip K Dick peut être considéré comme l'expert du scénario «et si...» en science fiction, pour moi Le Guin est l'expert du «quoi?» Elle a posé des questions sur notre nature, nos objectifs et nos désirs. Son écriture était constamment à l'avant-garde du changement culturel, ou l'anticipait.

Son histoire courte, Ceux qui partent d'Omelas , écrite en 1973, est un exposé lent et dévastateur sur les implications de l'utilitarisme dans nos relations de domination avec les autres.
Le pouvoir de ce texte n'a fait qu'augmenter avec le temps, à mesure que nous devenons plus sensibilisés à «une délocalisation éthique» et aux inégalités dans le monde du travail. Ceux-ci sont décrits dans le film Le dernier train (2009), où la vie de ceux qui vivent dans le «monde développé» devient plus confortable, mais au détriment des personnes que nous ne connaissons pas et ne pouvons pas voir.

Les dépossédés, publié en 1974, a été pour moi une bonne introduction aux études comparées, facile à lire. Mais c'était aussi une histoire sur les scientifiques, et sur le devoir qu'ils ont d'être responsables, éthiques et honnêtes. C'est encore dans une histoire très humaine qu' Ursula K. Le Guin nous décrit habilement les difficultés d'exposer des concepts complexes dans un monde hostile - quelque chose qui est toujours pertinent à une époque de déni du changement climatique et de fake news.

Ursula K. Le Guin n'était pas une fan inconditionnelle du progrès scientifique, mais elle le regardait toujours depuis une perspective humaine. Elle a été horrifiée par le « pacte avec le diable » que représentait pour elle le projet de grand annuaire numérique de Google, qui, bien qu'étant une grande innovation technologique, représentait selon elle une menace pour les droits des auteurs.

Ursula K. Le Guin était une romancière prolifique, et je me rends compte que ma collection comprend seulement une petite partie de son travail quand je la regarde dans la base de données Internet Science Fiction Database.
Contrairement à beaucoup de ses contemporains, Ursula K.Le Guin a toujours écrit de la science-fiction et de la fantasy réfléchies, ingénieuses et artistiques tout au long de sa vie, sans se restreindre à un style en particulier.

Comme Ged dansTerremer, elle a mûri avec grâce et élégance avec l'âge, et elle a continué à être une force et une influence puissantes dans le monde de la science-fiction et de l'écriture fantastique.

Le monde a perdu un grand et influent écrivain et une humaniste. Quand j'ai appris la nouvelle de sa mort, j'avais le cœur brisé.

Retrouvez l'article original de Christopher Benjamin Menadue sur The Conversation.

L'auteure de science-fiction Catherine Dufour rend hommage à l'oeuvre de Ursula K. Le Guin dans un article passionnant paru dans Le Monde diplomatique.

Vous pourriez aimer

Une certaine idée du progrès

Une certaine idée du progrès

Une certaine idée du progrès

Les prédictions de Nikola Tesla pour notre monde connecté.                                                                                                            

Un simulateur d'aube Diy en 5 minutes

Un simulateur d'aube Diy en 5 minutes

Un simulateur d'aube Diy en 5 minutes

Voici un tuto bien pratique pour se faire son propre simulateur d'aube pour moins de 30€.                                                              


TOP