Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

lundi, 19 mars 2018 14:51

Peut-on changer la valeur d'un nombre parce que ça nous arrange?

Pour que les maths soient plus simples, un homme a voulu changer la valeur de pi.                                                                                            

La valeur de pi est, a toujours été, et sera toujours 3.141592653 ... jusqu'à l'infini. Mais cela n'a pas empêché un homme nommé Edward Goodwin d'avoir essayé de lui donner la valeur 3.2 .

Facile comme Pi

Edward Goodwin était soit un farceur de génie, soit un mathématicien amateur qui croyait vraiment avoir fait une percée. Peu importe, cette histoire farfelue est vraie: en 1897, Goodwin a cru qu'il avait trouvé la nouvelle valeur correcte de pi, et il a essayé de graver noir sur blanc cette découverte dans la loi en Indiana aux Etats-Unis.

Plus précisemment, Goodwin croyait avoir résolu la «quadrature du cercle» - une énigme qui tourmentait les mathématiciens depuis les anciens Grecs. La quadrature du cercle signifie dessiner un carré ayant la même surface qu'un cercle. Mais parce que l'aire d'un cercle contient le nombre irrationnel pi, les mathématiciens modernes ont reconnu que ce n'est pas possible: la longueur des côtés du carré finirait par une décimale infinie comme pi, et c'est impossible. Autrement dit, il est impossible de résoudre la quadrature du cercle si on définit pi comme un nombre irrationnel. Goodwin croyait que c'était possible puisque selon lui, pi n'était pas égal à 3.14159 ... mais était égal à 3.2.

Goodwin a exposé les problèmes posés par pi dans son projet de loi, appelé House Bill 246 :
"Le diamètre utilisé comme unité linéaire selon la règle actuelle dans le calcul de la surface du cercle est entièrement faux ... la règle actuelle ne fonctionne pas mathématiquement dans aucun des deux sens, elle devrait être écartée en raison de son caractère absurde et trompeur dans ses applications pratiques. "
Le projet de loi est long et rempli de jargon mathématique, mais selon le professeur C.A. Waldo, un mathématicien respecté à l'époque, il contient plusieurs chiffres qui sont censés être la "vraie" valeur de pi. "Au début, il annonce 4 comme étant la vraie valeur ... alors que vers la fin il donne 3.2 ..."
Le projet de loi n'a jamais été adopté, en raison de l'intervention du professeur C.A. Waldo de l'Université Purdue, qui était présent au Sénat le jour où elle a été examinée.

Totalement irrationnel

Croyez-le ou non, le projet de loi a été étonnamment loin. Le premier comité auquel il a été envoyé ne savait pas quoi en faire, alors ils l'ont envoyé au Comité de l'Education. Ce comité l'a inexplicablement recommandé en février 1897 et il a été soumis au vote à la Chambre des Députés. Après avoir été lu trois fois à la tribune de la Chambre, il est passé sans résistance.
Cependant, le projet de loi a été arrêté quand il est arrivé au Sénat - non parce qu'il a reconnu que c'était une mauvaise chose, mais parce qu'il a reconnu qu'on ne peut pas légiférer sur les lois mathématiques. Le rapport de la circonférence d'un cercle par rapport à son diamètre sera toujours pi, et pi sera toujours égal à 3.14159 ... .

retrouvez l'article original de Ashley Hamer sur Curiosity.

Vous pourriez aimer

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

A force de dire qu'ils sont intelligents, on a fini par croire qu'ils étaient humains.       

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Une petite entreprise du bout de la France s'est donné un objectif : rassembler tous ceux qui ont de bonnes idées.                                                                                

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Ou comment coincer des espions japonais tout en faisant des mots croisés.                                                                                               


TOP