Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

samedi, 03 février 2018 16:27

Voitures autonomes: les startups se lancent dans la livraison

drone de livraison drone de livraison

Votre première expérience avec un véhicule autonome ne sera peut-être pas avec un robot taxi.

David R. Baker,un reporter du San Francisco Chronicle, détaille les dernières avancées des startups californiennes concernant les voitures autonomes.

Mardi matin, une voiture autonome orange vif a livré des sacs d'épicerie du marché Draeger à San Mateo à deux clients vivant à proximité.
Les clients sont allés à la rencontre du véhicule sur le trottoir et ont récupéré leurs courses à l'arrière du fourgon, ouvrant les portes de la voiture autonome via leur smartphone. Les portes arrières ont eu un peu de mal à s'ouvrir, environ une minute, mais finalement elles ont fonctionné.

udelv et sa voiture autonome de livraison


Le créateur de la camionnette, Udelv,  fait partie d'un nombre croissant de startups utilisant des véhicules autonomes pour automatiser les livraisons. Plus tôt mardi, une autre société - Nuro - a dévoilé des photos de son petit véhicule de livraison, qui ressemble à une boîte en argent arrondie avec une poignée sur le dessus, et a annoncé qu'elle avait amassé 92 millions de dollars.

Ce marché de niche de plus en plus concurrentiel pour les voitures autonomes comprend également les robots de livraison, comme Starship Technologies, qui a commencé sa campagne de test sur les trottoirs de San Francisco en 2016, et Marble, qui a organisé des dîners pour le service Eat24 de Yelp. Ceux-ci sont assez lents et assez petits pour circuler sur un trottoir.
Les livraisons dites «du dernier kilomètre» en ville, coûtent plus cher que l'expédition en masse de marchandises. Pour les véhicules de livraison, le conducteur humain - qui doit se garer, frapper à la porte et enregistrer la livraison - est l'un des coûts les plus importants.

la voiture autonome de nuro

Les véhicules tels que ceux d'Udelv ne doivent pas protéger des passagers humains. Si un accident arrive, Udelv a programmé ses camionnettes pour protéger les piétons sur le trottoir plutôt que sur sa cargaison.

"Le pire qui puisse arriver c'est que les œufs se cassent et que le vin se déverse", a déclaré Daniel Laury, directeur général de la société. "Il est plus sûr de transporter des marchandises que de transporter des personnes."

La société, qui n'a pas publié les détails du financement, prévoit de commencer les livraisons régulières en février pour la société Draeger, en déployant trois véhicules. Comme ils opèrent dans les rues publiques, tous auront un technicien derrière le volant, prêt à prendre le contrôle en cas d'urgence, comme l'exige la loi en Californie. Le test de mardi dernier comportait deux personnes à l'intérieur, bien que, selon l'entreprise, le véhicule se soit conduit lui-même.

Les voitures autonomes d'Udelv seront également surveillées à distance par un ingénieur capable de prendre le commandement du véhicule. Finalement, il faut s'attendre à ce qu'un seul ingénieur surveille 10 à 15 camionnettes à la fois. Laury a déclaré que l'entreprise souhaite avoir 1 500 de ses véhicules sur la route d'ici 2021.

La fourgonnette d'Udelv est un véhicule électrique Polaris GEM personnalisé dont la batterie a été augmentée pour conduire 60 miles sur une charge (soit presque 100 km). Huit caméras et six capteurs lidar Velodyne - la version laser du radar - équipent la voiture.
Jusqu'à présent, les livraisons ne représentent qu'un faible pourcentage des ventes de Draeger, a déclaré Richard Draeger, une partie de la troisième génération de sa famille à gérer l'entreprise. La clientèle du magasin aime toujours se déplacer pour faire son shopping.


Le patron de l'épicerie Draeger voit le potentiel de la technologie d'Udelv pour réduire de moitié les coûts de livraison et raccourcir les délais de livraison, même si les robots ne peuvent pas encore gérer toutes les tâches exécutées par les livreurs humains.

"Vous devez trouver un parking, puis vous devez vous assurer que quelqu'un est là", a déclaré Sven Beiker, directeur général de la société de conseil Silicon Valley Mobility et l'ancien directeur du Center for Automotive Research de l'Université de Stanford. "Il peut y avoir un chien agressif à l'extérieur, ou le destinataire peut dire:" Ce n'est pas ce que j'ai commandé. "
Evidemment la question est: comment les services de livraison automatisés vont-ils gérer ces tâches?
"Si vous demandez aux chercheurs qui travaillent sur l'Intelligence Artificielle, ils diront probablement que l'Intelligence Artificielle le comprendra", a déclaré Beiker. "Si vous me demandez, je dirais:" Je ne sais pas. "


Et en France ? On retrouve les startups françaises Waymo ou Navya, entre autres, mais on est loin de l'effervescence californienne. La France va réaliser des tests à grande échelle à partir de 2018, alors qu'ils existent déjà depuis de nombreuses années dans d'autres pays.


Retrouvez l'article original sur sfchronicle


TOP