Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

vendredi, 23 novembre 2018 16:06

Un bon brainstorming est un brainstorming vivant

un bon brainstorming est un brainstorming vivant un bon brainstorming est un brainstorming vivant gratisography

Pour trouver une solution ensemble, rien de mieux que de poser des questions.                     

Le but du brainstorming (remue-méninges pour les moins anglophones d'entre nous) est de parvenir à trouver des solutions pour résoudre un problème, mais ce travail de réflexion se tranforme souvent en tribune pour ceux qui sont à l'aise pour prendre la parole, et qui présentent aux autres encore et toujours les mêmes solutions.

Pour éviter ce phénomène courant, il convient de demander à tous les participants de poser plus de questions au sujet du problème lui-même, afin de mieux le cerner. Cette méthode contre-intuitive de Hal Gregersen, directeur exécutif du MIT Leadership Center, amène tout le monde à réfléchir et à participer, et peut transformer un brainstorming ennuyeux et poussif en une séance de réflexion bien plus dynamique et efficace.


Selon Gregersen, brainstormer dans le but de trouver des réponses peut créer une dynamique de groupe destructive, qui tue la créativité et étouffe la participation. Après tout, trouver des réponses est difficile et personne ne veut paraître stupide, alors les gens finissent par garder leurs idées pour eux-mêmes. Mais lorsque vous faites un brainstorming pour poser des questions, vous pouvez examiner de plus près les problèmes et donner à vos camarades extravertis l’occasion d’offrir de nouvelles perspectives sur le sujet. Voici ce que propose Gergersen:

1. Préparer le terrain : Sélectionnez un problème, invitez un petit groupe à vous aider à le considérer sous différents angles et décrivez-le de façon détaillée afin de ne pas limiter la réflexion.

2. Ne posez que des questions sur le problème : Recentrez ceux qui proposent des solutions vers la formulation de questions et expliquez qu'aucun long préambule ou justification n'est autorisé. Ce qui est important c'est la quantité et la rapidité des questions. Elles ouvriront de nouvelles voies pour comprendre ou résoudre le problème.

3. Explorer au moins l'une de ces voies : élaborer un plan d'action à court terme pour poursuivre sur la lancée.

Poser des questions est beaucoup plus facile que d'essayer de trouver des réponses, de sorte que davantage de personnes participeront au brainstorming. Au cours de la session, les questions des gens pourront faire tilt dans le cerveau de quelqu'un et donner lieu à des réponses qui n'existaient pas auparavant. Habituellement, dans une séance de brainstorming, on attend l'éclair de génie. Pourquoi ne pas créer plus de nuages ​​(les questions) et donc avoir plus de chances de voir l'éclair (la solution) jaillir? Essayez lors de votre prochaine session et voyez où cela vous mènera.

Retrouvez l'article de Patrick Allan en intégralité sur Lifehacker.

Vous pourriez aimer

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

Les chatbots et moi on ne se comprend pas

A force de dire qu'ils sont intelligents, on a fini par croire qu'ils étaient humains.       

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Midhow fait la part belle aux projets atypiques

Une petite entreprise du bout de la France s'est donné un objectif : rassembler tous ceux qui ont de bonnes idées.                                                                                

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Elisebeth Friedman, codebreaker de génie

Ou comment coincer des espions japonais tout en faisant des mots croisés.                                                                                               


TOP