Ce site utilise des cookies
Vos données sont privées, nous le savons, c'est pour ça qu'on en fait pas n'importe quoi.
×

 

 

 

 

 Le futur est entre vos mains

 

 

Le futur est entre vos mains

mardi, 09 janvier 2018 16:44

L'apprentissage par l'expérience pour concevoir l'avenir

Pourquoi l'apprentissage par l'expérience est important dans un monde en réseau.                                                                                              

Erik PM Vermeulen est professeur à Minneapolis et entrepreneur, il nous donne sa vision d'une éducation portée vers l'avenir.

L'enseignement est différent à l'ère numérique. J'en suis convaincu.
Et c'est toujours intéressant de découvrir en quoi c'est différent. C'est une des joies d'être éducateur.

J'ai passé les premières semaines de l'année à enseigner un cours intensif à l'Université de St. Thomas à Minneapolis / St. Paul.
Le cours de cette année porte sur la façon dont le monde numérique change notre façon de vivre, de travailler et de faire des affaires.

Le cours couvre quatre sujets:
L'économie de la «plate-forme»
La révolution technologique en cours (IA, l'Internet des objets et la robotique).
La blockchain et les contrats intelligents (y compris crypto-monnaies et ICO).
L'analyse des datas et son storytelling.

L'objectif est d'aider les étudiants à comprendre les opportunités et les défis de l'ère numérique. Il est important que la prochaine génération comprenne que notre monde numérique ne peut pas être compris avec les modèles traditionnels. Cela entraîne des malentendus, de la confusion ou pire.

Il y a beaucoup plus à dire sur le contenu du cours et je le ferai dans les prochains posts. Mais ce qui a été particulièrement intéressant cette année, c'est comment un simple changement dans l'approche de l'enseignement a permis de clarifier comment l'éducation peut jouer un rôle précieux dans l'invention du futur.

Une nouvelle expérience en classe


Dans le passé, il était toujours logique de commencer mes cours avec les dernières tendances et développements technologiques. Dans les premières classes, nous nous sommes plongé dans plusieurs technologies. Cette façon d'enseigner a toujours été interactive et a amené différents débats.
Mais cette année, nous avons essayé quelque chose de différent.

Plutôt que de commencer par introduire la technologie, j'ai plutôt commencé avec quelques "histoires personnelles". J'ai expliqué les défis réels auxquels je suis confronté dans ma vie quotidienne en tant que dirigeant d'entreprise. J'ai expliqué l'impact des nouvelles technologies sur mon travail dans une grande entreprise. J'ai donné des exemples de certains des problèmes auxquels nous sommes confrontés en intégrant les technologies dans les méthodes de travail existantes.

Le résultat a été de déclencher une discussion immédiate entre tous les participants. Un mélange de questions, de solutions, de critiques et de propositions. Tout le monde était impliqué. L'énergie dans la pièce était énorme.

En bref: nous étions en train de créer quelque chose.

Nous cherchions des solutions aux problèmes d'aujourd'hui et, ce faisant, nous travaillions à inventer des modèles pour un avenir meilleur.

C'est ce sens de la créativité partagée qui en a fait une expérience inoubliable. Quelque chose de magique se passait dans la pièce.

Cela peut sembler un peu trop dramatique, mais j'ai vraiment senti que nous étions engagés dans la construction d'un monde meilleur. Nous pensions «hors de la boîte», partageant et apprenant. Et nous faisions cela ensemble, en groupe.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je pense que cette approche a fonctionné.

Pour commencer, les jeunes ne veulent pas ou n'ont pas besoin des technologies qui leur sont expliquées en détail. Ils n'ont pas besoin des "faits".

Par exemple, le groupe connaissait déjà la blockchain et, sinon, ils pouvaient se mettre au travail très rapidement. Transmettre des faits sur la technologie (ou n'importe quoi d'autre, d'ailleurs) n'est pas là où l'éducation peut ajouter une valeur réelle à l'ère numérique où les faits sont si facilement disponibles. Au contraire, nous devons nous concentrer sur la façon dont la technologie peut être déployée et ce que cela signifie pour notre avenir.

De plus, les salles de classe évoluent. L'avantage d'un groupe d'origines différentes, que ce soit en termes de nationalité ou d'expérience (communications, technologie, droit, marketing, contrôle du trafic aérien, etc.), est que chacun peut apporter sa propre perspective qui ajoute quelque chose à la discussion.

Bien sûr, le risque d'une discussion ouverte et multidisciplinaire de ce genre est qu'il n'est pas toujours facile de tout diriger ou de tout contrôler. Et bien que nous nous soyons égarés hors du sujet, cela n'est jamais devenu chaotique ou hors de propos. Et, il est vrai, que certaines des solutions que nous avons trouvées, même si elles semblaient brillantes à première vue, existaient déjà ou pouvaient facilement se révéler sans aucun sens.

Mais pour moi, tout cela fait partie du processus de co-création dans un monde incertain. Nous devons avoir cette expérience de «tâtonnement» afin d'arriver à la meilleure solution.

Ce qui compte, c'est le processus de construction-révision-critique-itération.

Et cela doit se faire dans un espace sûr, ouvert, inclusif et respectueux.

L'ensemble de l'expérience a renforcé ma conviction que la résolution de problèmes en classe est l'avenir de l'éducation. Particulièrement dans un monde en réseau, en évolution rapide et caractérisé par une perturbation technologique constante.

Pourquoi l'expérience en classe est importante dans la conception de l'avenir

# 1 - Interaction en face à face
Récemment, nous avons vu une tendance qui tend vers «l'apprentissage à distance» et «l'enseignement en ligne», et il y a beaucoup de pression à l'intérieur des universités pour développer ces nouveaux modèles éducatifs. Cela n'est guère surprenant, étant donné les possibilités éducatives que les technologies de réseau créent. Et, sans aucun doute, de telles tendances sont importantes, en particulier lorsqu'elles contribuent à l'inclusion scolaire.
Néanmoins, "l'enseignement" en classe ne doit jamais disparaître. A l'ère du numérique, où le travail d'équipe et l'échange d'idées sont devenus plus importants que jamais, nous devons préserver un tel environnement d'apprentissage avec l'expérience unique qu'il offre.

# 2 - Liberté et flexibilité
Les écoles et les universités ont toujours été des lieux où nous pouvons discuter des choses dans un cadre plus flexible et moins contraignant. Mais ces espaces sécurisés deviennent encore plus importants à l'ère numérique. Les éducateurs individuels et les établissements d'enseignement doivent tous reconnaître l'importance de fournir des lieux où les gens peuvent travailler, apprendre et créer ensemble.

L'éducation doit créer des opportunités qui permettent ce type d'interaction.

Après tout, nous devons tous étudier de nouvelles technologies pour devenir plus intelligents. Non seulement pour mieux identifier, gérer et atténuer les risques potentiels, mais aussi pour tirer pleinement parti des formidables opportunités qu'offrent les nouvelles technologies dans tous les domaines de la vie sociale.

Cela pourrait sembler évident. Mais tous ceux qui connaissent les établissements d'enseignement sauront qu'il existe de nombreuses pressions managériales qui peuvent facilement réduire la liberté et la flexibilité en classe.

# 3 - Responsabilité et propriété
Mon sentiment est que, ces dernières décennies, l'enseignement universitaire, en particulier, est devenu de plus en plus «hors de propos» pour les étudiants. Les employeurs potentiels estiment que les diplômés ont peu appris ce qui est vraiment utile pour les réalités du travail d'aujourd'hui. Beaucoup de professeurs semblent même partager ce sentiment que ce qu'ils font n'a plus vraiment d'importance.
La résolution de problèmes en classe du type décrit ici peut fournir un moyen de rendre l'expérience éducative plus productive et pertinente pour toutes les parties prenantes.

Les étudiants de Minneapolis / St Paul se sont certainement investi dans le processus et se sont sentis propriétaires de ce qu'ils avaient créé. Les solutions ont été significatives pour eux, à la fois pour leur choix de carrière, mais aussi - plus important encore - pour leur avenir.

Et après?

Je sais que l'expérience m'a semblé plus précieuse. Je sens que j'ai aussi appris davantage, et j'utiliserai ce que j'ai appris la prochaine fois que j'enseigne.

Et, peut-être le plus important, je crois aussi que cette approche est plus pertinente pour les employeurs potentiels et la société en général.

Si vous travaillez directement sur la technologie, il est logique de vous concentrer sans relâche sur le développement de cette technologie. Pensez-y comme le fait d'inventer quelque chose de nouveau.

Mais pour ceux d'entre nous qui travaillent dans le management, le marketing ou dans d'autres professions, le vrai problème est de savoir comment intégrer les technologies disruptives dans les modèles de travail existants. Il s'agit de comprendre la signification de la technologie, puis de concevoir ou de créer un avenir meilleur construit autour de cette technologie.

C'est une réalité quotidienne que de travailler dans un monde caractérisé par de profonds changements technologiques.

Recréer cette expérience est la vraie valeur de l'éducation.

Retrouvez l'article original sur Hackernoon

Vous pourriez aimer

L'IA a un problème de genre

L'IA a un problème de genre

L'IA a un problème de genre

Un article paru sur le site internet du World Economic Forum souligne les biais actuels de l'IA.                                                                                                              

Cet écologiste a fait voeu de silence pendant 17 ans

Cet écologiste a fait voeu de silence pendant 17 ans

Cet écologiste a fait voeu de silence pendant 17 ans

John Francis avait prévu de faire voeu de silence pendant une journée. A la place, cela a duré 17 ans.                                                    


TOP